HISTOIRE 
----------------
Jean-Baptiste Pineau répare les voitures rétro, populaires et de prestige. 
  
Cet après-midi-là, Catherine Mas vient récupérer sa voiture, une Simca Aronde grand large spécial de 1958 : « Elle avait juste un problème de centrale de clignotant. Jean-Baptiste Pineau a tout réparé. Je suis ravie. » Le patron d’Auto Vintage 33 vient de sauver un bijou de famille. « Mes grands-parents l’avaient achetée neuve pour aller au mariage de mes parents à Paris. Je sais qu’ensuite, ils ont lu le faire-part de ma naissance à la lumière des phares en 1961. Les gendarmes arrêtaient souvent la voiture pour le plaisir de la regarder. En 1980, ils m’en ont fait cadeau. Pendant quinze ans, je ne l’ai plus utilisée et il y a trois semaines, Jean-Baptiste Pineau a changé la pompe à eau, les freins, fait la vidange et la révision. Un jour, elle appartiendra à Alexandre, mon fils. » La Simca aura traversé quatre générations : « Elle restera dans la famille », affirme l’adolescent. 
 
Des prix imbattables..... 
 
 Jean-Baptiste Pineau a mis les mains dans le cambouis dès l’âge de 5 ans. Papa était mécano. Son fils le deviendra donc aussi et travaillera pendant dix-sept ans chez un professionnel de Saint-Médard-en-Jalles, Frédéric Guédon. « Il était passionné par les vieilles voitures et me confiait leurs réparations. J’ai eu envie de m’y consacrer entièrement et, en octobre 2010, je me suis mis à mon compte comme auto-entrepreneur dans le garage de mes parents. » L’affaire a démarré sur les chapeaux de roue. « Les prix sont très imbattables », insiste Catherine Mas, 55 euros de l’heure. « On sent qu’il fait ce métier parce qu’il l’aime. C’est le docteur des voitures. On la laisse chez lui parce qu’on a confiance. » 
 
Les clients apportent les pièces de rechange : « Je gagne du temps et eux ont l’impression de participer à la réparation », sourit le garagiste qui s’est installé dans ses murs, il y a un an, sur la route du Cap-Ferret. 
 
Un local pour un carrossier 
 
Une quarantaine de voitures attendent sur le parking. « Je viens d’accueillir un client de Dax qui m’a amené sa 504 Coupé V6 en panne sur un camion. Il vient de repartir avec. Le délai est généralement d’un mois. « Les gens ne sont pas pressés car il s’agit de véhicules d’appoint ou de collection », dit Jean-Baptiste Pineau. 
 
Comme Noël qui vient chercher sa 201 BR de 1934 : « J’ai aussi une 403 et mon petit-fils de 5 ans vient de ''m’acheter’' mes deux voitures avec son argent de poche. Moi j’ai le droit de les entretenir. Et Jean-Baptiste fait cela très bien. Il y a peu de professionnels spécialisés et il est surtout le seul à réparer toutes les marques et toutes les générations, à ce prix. Les garagistes préfèrent souvent réparer les voitures anciennes de prestige comme les Bugatti ou les Porsche ». 
 
Jean-Baptiste Pineau aimerait bien accueillir un carrossier dans son entreprise. « J’ai un local disponible. » La complémentarité rêvée. 
 
Livraison de la 201 BR de Noël qui date de 1934  
Catherine Mas et son fils confient « leur bijou de famille » à Jean-Baptiste Pineau.